Notre histoire

Epéda

LE BEAU DORMIR N’EST PAS NÉ DE LA DERNIÈRE NUIT.

L’excellence Epéda n’est pas née de la dernière nuit. Depuis 1929, elle unit en sa literie le meilleur de la tradition et de la technologie françaises. Derrière son savoir-faire unique, ceux de ses Beaux-Faiseurs, les talents et artisans qui perpétuent le Beau Dormir depuis des générations. Sous son élégance inégalée, celle de ses matières, lin, chanvre ou laine raffinés, sélectionnés auprès de producteurs français triés sur le volet. Car la singularité d’Epéda s’ancre aussi dans sa farouche volonté de fabriquer en France, un choix qui contribue incontestablement à ses incomparables qualités.

Longue nuit au Beau Dormir

  • 1914

    M. Bertrand Faure installe son atelier à Levallois-Perret pour y fabriquer des sièges pour le métro et le tramway parisiens. L’expérience aidant, le progrès opérant, les Ets Faure vont bientôt diversifier leur activité et se lancer dans la sellerie pour automobiles et pour avions.

  • 1929

    La mécanique s’emballe. Désireux d’améliorer le confort de ses sièges, M. Faure rachète une licence de fabrication de suspensions à ressorts, le brevet EPEDA, EPEDA étant l’acronyme des patronymes de ses inventeurs, les Allemands Ehlenbeck, Pattes et Daverpolster. Il améliore manifestement le bien-être des passagers… et celui de ses ouvriers qui, à l’heure de la sieste, investissent naturellement les sièges de tramway. En les observant, Faure a une idée : pourquoi ne pas utiliser le système Epéda pour produire un matelas ? Aussitôt dit, aussitôt fabriqué : le tout premier matelas à ressorts sort des ateliers Faure. Il l’ignore encore mais il va détrôner le matelas en laine, et changer la nuit des Français.

  • 1930

    Début des années 30, le savoir-faire matelassier est réservé aux professionnels, et l’hôtellerie et les établissements de santé (hôpitaux, sanatoriums…) sont les premiers séduits et servis. Il faut dire que l’irrésistible matelas est garanti 20 ans et que la démonstration de son extraordinaire résistance -devant huissier et à grands passages de rouleau-compresseur de 15 tonnes – ne laisse pas d’impressionner. Les congés payés précipitent le succès du modèle : hôtels, pensions, compagnies de navigation et lieux de villégiature s’arrachent le « matelas élastique qui dure » dont la belle réputation se répand comme une traînée de poudre.
    Alors au sommet de leur gloire, les compagnies maritimes ont également passé commande et les matelas Epéda contribuent activement au prestige de leurs paquebots. On peut aisément imaginer les voyageurs de mythiques compagnies de navigation fendant les flots confortablement allongés à bord du Normandie, du Lafayette ou de l’Île de France. Qui sait, peut-être qu’à l’aube des années 30 les matelas Epéda ont navigué jusqu’à New York ?

  • 1950

    Portée par son succès grandissant, Epéda devient officiellement une marque en 1950. Quatre ans plus tard, le grand public peut enfin faire l’expérience de ce fameux matelas dont on vante tant les vertus. « Sommeil Epéda, réveils heureux », « le matelas Epéda [qui] fait mieux dormir »… certains slogans marquent les esprits et contribuent à la notoriété de la marque. Avec le temps, la qualité s’améliore encore, chaque jour portée par l’amour du travail bien fait. En coulisses, les Beaux-Faiseurs, les ouvriers, couturières et ganseurs Epéda connaissent leur partition sur le bout des doigts et la tradition des beaux gestes Epéda se transmet désormais d’une génération à l’autre.

  • 1967

    En 1967, à nouveau mus par l’idée d’un confort toujours plus précis, les Ets Faure repartent à la conquête de l’innovation. Après avoir fait le tour des inventions et fureté parmi les licences internationales, ils investissent à nouveau dans un brevet de suspension allemand. Plutôt qu’un maillage de ressorts autonomes, il s’agit d’un unique fil d’acier tricoté en spires, signant de fait la fin du ressort qui vous réveille en traître. Ainsi, avec sa technologie multispire, Epéda crée « les matelas les plus confortables du monde », les mêmes qui font dire aux héros des premiers spots TV « Je veux mon Epéda ! ».

  • 1972

    C’est l’année de la consécration, l’excellence de la marque est officiellement reconnue et elle est élue N°1 de la literie française. Loin de s’endormir sur ses lauriers, Epéda n’a depuis cessé de se réinventer, repoussant les limites du confort, faisant le choix de matières toujours plus nobles et de finitions toujours plus raffinées. Au savoir-faire historique, elle a su associer les avancées technologiques.

  • 1974

    Epéda lance sa première campagne de publicité autour de la technologie multispire ®.

  • Invention des ressorts multizone (1996) qui sont adaptés à la morphologie du dormeur, puis les ressorts ensachés Air’optima (2006) avec leur le confort progressif ; la suspension multi-actif (2011) a été combinée à des amortisseurs morphologiques pour rendre le matelas indéformable et les ressorts respirants multi-air (2012) ont permis d’optimiser sa durabilité.

  • 2006

    Avec sa ligne Dédicace lancée en 2006, Epéda renoue avec le geste qui a fait la renommée de la marque : le capitonnage. De cette minutieuse opération, qui consiste à nouer à la main chacun des 42 liens transverses afin d’associer les faces du matelas, naissent les luxueux capitons et la longévité Dédicace, si emblématiques d’une haute tradition de literie française.
    Une perpétuelle adaptabilité qui a permis à Epéda d’étendre le Beau-Dormir un peu partout dans le monde et de fêter ses 90 ans. En posant ses outils dans l’atelier de Levallois-Perret, Bertrand Faure n’avait sans doute pas imaginé jusqu’où ses sièges de tramway l’emmèneraient.

  • 2011

    Les matelas Epéda intègrent une nouvelle technologie : multi-air®.

  • 2015

    Naissance du Beau Dormir !
    Epéda devient ainsi le porte-parole des Beaux Dormeurs (les amoureux du sommeil), qu’elle prépare pour des nuits exceptionnelles.

  • 2019

    Réédition de la toile à matelas.
    Epéda célèbre la toile de ses débuts. Et continue de réinventer le sommeil.